• N° 104 : L'épouvantail

    Un épouvantail, vous en avez déjà vu n'est ce pas ? :)

     

    N° 104 : L'épouvantail

     

    C'est moche, c'est inutile et c'est démodé.

    Mais comme c'est bientôt Halloween (fête qui sert à rien elle aussi ^^), je vous propose d'écrire sur ces drôles de choses qui font peur ^^.

     

    Bref, j'ai vu un épouvantail ! :D

     

    Andy

     

    Merci Andy d'avoir ouvert le challenge.. c''est super sympa..

    La semaine suivante on l'ouvrira en duo eh oui, avec alexia   signé morganne

  • La sentinelle par Mamin

     

    Sentinelle de garde des champs cultivés,

    Que d’espiègles oiseaux viennent s’approprier.

    Mon corps gonflé, bourré de paille

    Simule mes entrailles,

    Un chapeau cabossé

    Un manteau déchiré

    Un faciès aux traits sans attrait

    Des bras inlassablement ouvert aux quatre saisons

    Sur lesquelles railleurs, se posent les pigeons

    Pas de grands cris d’effroi, perdue est l’illusion

    Ma mission échoue , mon squelette n’est que perchoir

    Les marioles font mes poches nichant dans le noir

    Je ne suis qu’un garde- champêtre ayant perdu la bataille

    Regardant  les étourneaux faire ripailles.

    Je ne fais plus peur, hardies sont les petites canailles

    Au milieu d’un champ de luzerne la vie est bien terne

    Quand reviendra le temps des semailles

    Il enfilera de nouveau sa cote de maille

     

    mamin


    votre commentaire
  •  

    Tel un pantin de paille, égérie crucifiée,

    Plantée au beau milieu de son champ visionnaire,

    N'en déplaise à tout jardinier,

    J'attends, fébrilement, les deux bras grand ouverts,

    Que vienne se poser mon beau moineau blessé.

     

    Quand parfois les vents se déchaînent,

    J'imagine un ciel plus clément

    Où mon bel oiseau serait mienne.

    Vous! là! prenez-en de la graine

    Et tâchez d'être plus conscients

    De ce que vous semez au vent!

     

    Aux glaciations de son absence,

    Sachez-le bien, j'ai tenu bon,

    Saison après saison… Patience!

    Le plus dur est passé, je pense.

    Je suis sure d'avoir raison:

    Reviendra le temps des moissons.

     

    Moi, le pantin de paille, ardemment sacrifié,

    Sous l'intempérance de vos intempéries,

    Je crierai: "honte au jardinier!",

    En couvrant d'un baume d'amour le cœur meurtri

    De mon plus bel amour ailé.

     

    L.


    votre commentaire
  • The night before Halloween (par Alexia4ever)

     

    Epouvantail de bois ou d’osier,

    Il surplombe champs et jardins ;

    Près d’un fraisier ou d’un cerisier,

    Son emplacement n’est pas anodin

     

    Epouvantail repoussoir,

    Il effraie les plus jeunes oiseaux ;

    Epouvantail perchoir,

    Les plus âgés comprennent que c’est un faux

     

    Epouvantable épouvantail d’Halloween,

    Certains enfants en ont la trouille ;

    Sourire malin et expression chafouine,

    Il se tient parmi les citrouilles

     

    Quelqu’un osera-t-il seulement ouvrir le portail

    D’un sinistre univers défiant toute concurrence ;

    Mi squelette, mi-épouvantail,

    Mister Jack fera toujours la différence.


    votre commentaire
  • The Scarecrow (l'épouvantail) par Andy

     

    Je suis juste un homme perdu dans les ténèbres

    Un autre perdant dans ce jeu qu'est l'amour

    A quel point je souhaite que chaque nouveau jour

    Ne soit plus une ode aux honneurs funèbres

     

    Il y a un million de réponses possibles

    Pour la question que je n'ai pas posé

    Un "Je t'aime encore" presque audible

    Et te le dire, je n'ai pas osé

     

    Un démon à l'intérieur que je dois contenir

    Une solitude à laquelle je ne peux fuir

    Je m'enfonce profondément dans le noir

    Un chemin dont la fin je ne peux voir

     

    Tu étais tel un ange venu sur terre

    Marchant parmi de simples mortels

    Jouant avec des règles intemporelles

    Passion véhémente que tu libères

     

    Doux mots, murmures que tu aurais dû retenir

    Tombé amoureux, j'aurais dû m'abstenir

    Crucifié, d'avoir marché sur cette terre profane

    Pour te cueillir des roses qui, aujourd'hui, se fânent

     

    Maintenant que mon coeur est en lambeaux

    Je ferme mes yeux et espère un destin nouveau

    Tel un épouvantail, fait de feuilles et de pailles

    J'attends que les corbeaux et ma mélancolie s'en aillent

     

    Andy


    votre commentaire
  • Léon l'épouvantail par morganne

    Léon

     

     

    Dans les vallons du Morvan, il vit,

    Entouré de tous ses petits et grands amis.

    Son nom est joli pour un épouvantail, Léon.

    Il a l’œil clair le sourire en coin, c’est un bon garçon.

     

    Quand tombe la nuit, avec les chevreuils et lapins, 

    Au milieu des légumes il donne un grand  festin. 

    où pussent  des potirons et des potimarrons, 

    C’est bien lui, le Roi ici, l’ami Léon.

     

    Vous le reconnaîtrez à son nez à la Cyrano, 

    Un peu long mais perchoir pour les oiseaux. 

    Son chapeau de catherinette, jaune et vert, avec des fleurs, 

    Gaieté dans  sa tenue, un tablier et des sabots quel honneur. 

     

    Bientôt Halloween, Léon aime mieux la nature,

    On se précipite pour se faire tirer le portrait avec cet être pur. 

    Léon, l’épouvantail, bientôt aura son book, bien sûr Mesdames, 

    Il est une vraie animation dans le salon d’hiver de sa dame. 

     

    Sortie une seule fois, à la kermesse, 

    Il pensait faire une conquête. 

    Et bien non, enfin bon, il a perdu sa fleur, son tournesol. 

    A la fête des poules de luxe et herbes folles.

     

    Morganne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique