• Je vous ai aimé vous sachant attendrie,

    Vous cachant quelques vilenies, j’ai joué pardi.

     

    Le jeu en valait bien des chandelles,

    Les ombres en parlent encore,

    Oh combien vous aimais-je alors !

     

    Si les mensonges sont quelque peu pardonnés,

    Je pense que durant les amours le pardon n’est pas feint.

     

    Oui, je l’avoue, j’ai comme le paon lustré mes honneurs,

    Renforcé de mes hauteurs que seul le grand sentiment honore.

     

    Je chavire, je mens encore et je prédis quelques avalanches,

    Votre cœur de moi s’est détourné depuis bien des astres.

     

    Je ne comprends que trop votre dédain, vous qui étiez ma reine,

    Comment peut-on se sentir digne quand on étreint si mal !

     

     

    Alain, 19 mai 2014

     

    Vous sachant attendrie par Spock27

     

     


    3 commentaires
  •  Relation en devenir

    Les jours passent au fil de nos discussions,
    On se confie l'un à l'autre, petit à petit.
    L'attachement commence à se ressentir
    Lors de nos rencontres pleines de pudeur.

    Notre timidité serait-elle un frein à nos envies ?
    Nous faisons connaissance avec douceur,
    C'est rassurant d'avoir un "pouvoir" de séduction
    Cela me redonne confiance en moi et en l'homme

    Tes attentions et ta tendresse me touchent
    Je me sens bien en ta compagnie, dans tes bras.
    A tes côtés, j'ai l'impression d'être femme
    Grâce à toi je me redécouvre au jour le jour

    Mes pensées me couvre de ta présence
    Je voudrais te voir plus souvent.
    Que la complicité naisse dans notre relation,
    Mais rien ne nous presse, chaque chose en son temps.

    -Minimoy-
    (19/05/14)

    (C'est des vers libres, pas trop mon habitude, mais là, ça m'est venu ainsi ^^)


    7 commentaires
  •  

    Frises charnelles par Spock27

    Quelques frises charnelles

    Pour se rappeler ces nuits sur lichen ;

    Des ébats qui nous élèvent,

    Des désirs qui jamais ne mourront.

     

    Le corps a ses secrets dans ses alcôves

    Dont l’âge point ne triomphera ;

    Chaire repue le jour ne périra de nuit,

    Car l’obscurité nourrit tous les fantasmes

    Fourbit les armes des plus impétueux.

     

    Quand enfin, la fatigue terrasse

    Mêmes les plus fougueux se lassent,

    Nous reste les souvenirs savoureux,

    Les rêves alanguis sous fonds vaporeux.

     

    Alain, 8 mai 2014

    Ill. d'un dessin de Prudhon

     


    2 commentaires
  •  

     

    J’avançais comme hébété,

    Par tant de prudence fatigué,

    Craignant les oublis d’une histoire

    Qui dès sa première aube

    Naquit des lueurs de l’ombre.

     

    Vacillant, j’avançais le pas si fragile

    De peur de recouvrir ce paysage offert

    Si tôt nos sentiments déclarés à la fraîche.

     

    Que l’on dépose délicat velours

    Sur ce fin nuages de souvenirs…

    C’est ce que je quémandais,

    Un peu vainement  tant est vain

    L’amant et son désir de l’aimée.

     

    Et que Dieu nous prête quelques âmes

    Pour que notre histoire si gracile

    Se poursuive encore quelques lunes,

    Tes vertus étant toujours aussi belles.

     

    Alain, 6 mai 2014

     

     

    Que savions-nous par Spock27

     


    2 commentaires
  •  

    Laissez-moi l’emporter d’un seul regard,

    Que papillonnent sous le seul pli du fard

    Les paupières d’un temps de soupirs.

     

    Laissez-la m’emporter sous ses rivages,

    Elle qui tant m’a fait chavirer,

    Que chaque côte s’enlise dans les larmes.

     

    Que les rivages telle une lame nous suivent

    Au fil de la pourpre veine et s’enflamment,

    Que savions-nous nous les faibles,

    Que savions-nous des plaines du cœur…

     

    Nous regorgions du sang qui tant déplaît

    Oubliant que rien n’est plus vil

    Que celui qui s’est courbé

    Sans jamais avoir été par Lui absous.

     

    Alain, 4 octobre 2014

     

    Que savions-nous... par Spock27


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique