•  

    Dans la salle tout se prépare,

    Tout le monde est à son affaire,

    Chacun s'active de concert.

    Allez, en avant la fanfare!

    Le grand chef déjà fait sa pub…

    Encore un tube?

     

    Aller, en avant la musique!

    Tout est prêt, un, deux, trois, partez!

    L'opération peut commencer.

    Il faut réviser ses classiques!

    Mon âme anesthésiée titube…

    Encore un tube?

     

    Au loin s'entrechoquent les cuivres…

    Je les sens mettre les turbines.

    Dans ma tête tout tambourine,

    Attentive à ce qui va suivre!

    Je commence à avoir les flubes…

    Encore un tube!?

     

    Le récital monte d'un ton,

    Et je tremble dans mon séquestre

    De ces nouveautés qui s'orchestrent…

    Ne me joue-t-on pas du violon?

    La peur est là qu'ils ne m'entubent…

    Encore un tube!?

     

    Aux confusions des perfusions,

    Sondes et autres cathéters,

    Mais que cherchent-ils à me faire?

    M'attacher au drain de Redon?

    Mon esprit pustule de bubes…

    Encore un tube!!!

    Curieux! mon malaise s'incube…?

    Encore un tube!!!

    Encore un tube?

     

    L. (avec un brin d'humour...!)


    2 commentaires
  •  

    Que venez-vous peuplez mes rêveries diaphanes,

    Ainsi qu'une miraculeuse apparition,

    De votre silhouette ancrée en filigrane

    Dans une vie que je croyais en suspension?

     

    Dès le lever du jour, dirai-je … jusqu'au soir,

    Que venez-vous troubler mes pensées, avec art?

    Aussi, pardonnez-moi si je me plais à croire

    Que, non, vous n'êtes pas passée là par hasard!

     

    Vous me pardonnerez aussi cette insolence

    Si j'osais à penser que ce rôle de Muse,

    Qui sut tirer ma plume de sa somnolence,

    Peut-être vous agrée, sinon ne vous amuse!

     

    Jusque-là j'ignorais, l'esprit souvent ailleurs,

    Cette force cachée dans un semblant d'espoir,

    Que même une illusion peut conduire au bonheur,

    Ressusciter la vie, tout au moins l'émouvoir.

     

    Quoi qu'il en soit, mon cœur, craignant les cicatrices,

    Se croirait obligé, mal à l'aise, je pense,

    Que celles-ci fussent réelles ou factices,

    De chanter comme un fou pour meubler tout silence.

     

    Qu'il n'ait d'autre reflet que celui de l'Espoir,

    Et par tout le respect que j'ai à votre égard,

    Vous ne m'en voudrez pas si je m'obstine à croire

    Notre rencontre autre que le fruit d'un hasard!

     

    L.


    votre commentaire
  •  

    Bien avant que mes sentiments pour toi prennent vie

    Je pouvais voir ce qui se dessinait pour nous à l’horizon

    Intelligente et belle, tel un ange déguisé

    Tu étais entrée dans ma vie mais tu restais inaccessible

     

    Si la bougie pouvait éclairer le sentier sinueux

    Tel un phare qui illuminait la mer brumeuse

    Je trouverais le chemin à travers les doutes

    Pour voir une nouvelle levée du soleil

     

    Et si j’étais pris dans un moment de faiblesse

    Si j’étais perdu et ne pouvais retrouver le chemin

    Que faire si j’avais tort depuis le tout début

    Dans chaque virage, de toutes les manières ?

     

    Me sauveras-tu de ce précipice où je vais

    Ou me laisseras-tu tomber comme toutes les autres ?

    Mieux vaut essayer et échouer, disent-ils

    Que ne jamais essayer du tout…

     

    Certains regardent mais ne voient pas

    D’autres parlent mais ne disent rien

    Je vis mais je ne peux respirer

    Tu vois mais tu ne crois toujours pas

     

    En chacun de nous il y a ces blessures qui ne guérissent jamais

    Las et fatigué, un cœur peut arrêter d’aimer

    Ce n’était qu’un rêve mais cela paraît bien réel

    Et ton regard est aussi froid que l’acier

     

    Andy


    1 commentaire
  •  

    Ce mot fait mal à entendre,

    Il martèle un coeur à se fendre,

    Il tourne en boucle en défense,

    Impose sa loi en toute innocence,

     

    Force des idées par la parole,

    Endoctrinement... pactole !

    L'isolement psychique se forme,

    Le spectre impose ses normes,

     

    Mythe du vieux de la montagne ancestral,

    Promesse paradisiaque...drogue carcérale,

    Toujours ce cercle infernal,

    Qui revient de l'astral,

     

    Comment faire ? Sinon en samouraï,

    L'art et la flèche en éventail,

    D'un jet souffler l'épouvantail,

    Et retrouver le sens de la vie au portail ...

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Douce France ... /Nini

    Cher pays de mon enfance

    Peuplé de tant d’insouciance… (paroles de Mr Charles Trenet)

    Qu’est devenu pris dans le tourbillon de la haine..

    Ta joie de vivre à travers une jeunesse reine?

    Éclatante d’ardeur, qui maintenant ploie sous la peine !.

     

    Au nom de quel dieu retirent on le droit à la liberté acquise

    Sous le joug de barbares et leurs actes primitifs,

    Puissance aveugle dépourvue de sentiments

    Honte à vous qui vous engagez dans ce mouvement

    Reniant vos origines pour  imposer et assassiner lâchement,

     

    Français de ce beau pays aux douceurs naturelles 

    Restons ce que nous sommes, libres et fiers de l’être dans l’intemporel

    Humons avec véhémence le doux parfum des saisons 

    Ensemble continuons le chemin journalier que nous empruntons

     

    Celui de la paix ,l’amour et le pouvoir de la passion 

    La route maudite ne nous atteindra pas , nos coeurs battent à l’unisson..

     

    Pour que nous puissions de nouveau se délecter des belles paroles 

    De            Douce France….

     

    nini

    je dédies ces quelques mots aux familles dans la peine


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique