• N° 59 : Roses fânées

    Bonsoir à tous et à toutes, je poste le nouveau challenge maintenant, par peur d'oublier ce week-end, vous pouvez finir de faire celui de cette semaine avant de faire celui-là si vous voulez, pas de soucis, ne vous inquiétez pas ;)

     

    Alors : "Les roses aujourd'hui sont fanées ainsi je les garde désormais en bouquets de coeurs séchés".  Voilà une petite phrase qui m'est venue en tête au cours de la semaine, écrivez selon ce que ces mots vous inspire, ça sera donc un thème assez libre et qui vous plaira je l'espère. =)

     

    Pour vous aider, je vous laisse une citation tiré au hasard de facebook (eh oui, le hasard fait parfois bien les choses ;p) qui, je trouve, collait bien à l'esprit de mes mots =) Après, à vous de voir si elle vous aide ou non et si vous avez envie de l'utiliser , le thème principal restant la phrase en gras ^^

     

    "Plusieurs personnes entrent dans nos vies, certaines pour y rester et d'autres ne font que passer .Quoi qu'il en soit, elles resteront gravées dans nos mémoires pour toujours, sans qu'on ne puisse rien y changer. Laissant une marque ou une cicatrice au coeur . Une trace de leur passage. Des portes se ferment, des coeurs se referment au fil des blessures accumulées. On ne saura jamais si c'est le hasard, le destin, la chance ou le malheur qui mettent ces anges sur nos chemins, mais quand leur coeur ne veulent plus entendre ce que le notre cri c'est dur d'espérer . On sait toujours ce qu'on perd, mais jamais ce qu'on gagne si on ne prend pas la peine d'essayer."

     

    Passez un bon week-end et une bonne fin de semaine, bisous à tous =p

     

    Pour le prochain thème, je propose à Cécile de l'ouvrir, ou Funambule si Cécile ne peux pas et, bien sur, si ils sont d'accord. =)

     

    DadineAngel

     

     

    LE CHALLENGE (excuses après on dira cécile ou funambule) mais là on va le passer à MAMIN

     

    car elle veut l'ouvrir tu es dac MAMIN?

  • Pétales d'un coeur (par Alexia4ever)

     

    A peine avait-elle commencé à éclore

    Que les pétales d’une belle rose se fanèrent ;

    Tombée nez à nez avec la Mort,

    Le désespoir influa sur mes nerfs

     

    A l’instant où les mauvaises herbes envahirent la Terre,

    Carnivore, la souffrance s’en est prise à mon corps ;

    S’époumonant et battant chaque seconde son score

    Sur sa lancée, le silence n’osait plus se taire

     

    Hier encore je rampais,

    Perdue dans un sombre faubourg ;

    Désormais parée, je cours

    Sur le chemin de la paix

     

    Tout en m’éloignant de mes racines,

    J’ai compris qu’il était nécessaire de relativiser

    En vue de pouvoir réapprendre à marcher

    Sur le ciel de ma vie où, à présent, un arc se dessine

     

    Bouquet de jolis souvenirs,

    Mon cœur n’aura plus jamais la même place à t’offrir ;

    Mais si un jour tu souhaites revenir,

    Sache qu’une autre porte pourra s’ouvrir.

     

    (Décembre 2011)


    votre commentaire
  • Fleurs de givre par Mamin

     

    Comme des fils tissés, mes souvenirs s’échevèlent.

    Les fleurs de l’innocence ont perdu leurs dentelles,

    Dans la froideur des jours sans fin, se fanent les belles.

     

    Petit logis de l’inconfort, l’hiver à grignoté nos sourires

    De l’insouciance de notre enfance, n’avions pas à guérir.

     

    Le temps ne comptait pas pour nous demoiselles,

    Chaque jour semblable à l’autre, n’amenait querelles,

    En harmonie étions à l’autre pareil dans nos jeux de marelle.

     

    Instant présent suffisait à notre bonheur, en cœurs rapprochés

    Battant à l’unisson, fort en émotions, dans une vie peu rêvée.

     

    Maintenant tu es partie, abandonnée est notre complicité

    Me laissant sur le chemin des regrets.

     

    En perles précieuses, les fleurs de mon souvenir

    Sont restées incrustées en rosaces de givre sur les carreaux

    Quand chaque hiver glacial nous les envoyait en cadeau!

     

    mamin


    votre commentaire
  • Rose… hier

     

     

    Dans les promesses d'avenir

    De tes déclarations muettes,

    Le Destin nous contait fleurette…

    Je me souviens de ton sourire...,

    De nos deux cœurs adolescents,

    De cette vie en rose offerte,

    Du temps des grandes découvertes

    Dans l'insouciance d'un printemps…

     

    Notre amour aurait desséché

    Dans l'ardeur indue de sa flamme;

    En jouant de moi, jusqu'au drame

    Qui jeta mon coeur au bûcher…

    De vent d'été en vendetta,

    Dans sa triste métamorphose,

    A l'agonie, telle une rose,

    Mourut l'amour entre nos bras.

     

    L'amour a flétri dans sa fleur,

    Et le bonheur se désagrège

    D'indifférence sacrilège

    Que j'aurai noyé de mes pleurs…

    L'Automne a perdu ses couleurs

    Et s'ensevelit sous la neige

    En poussière de florilège…

     

    L'amour a fané dans ton cœur…


    votre commentaire
  • Challenge de Verlant -textes et poésies

    PEINTRE

     

    Un bouquet de fleurs

    Des photos en couleurs

    Quelques enfants qui s'amusent

    J'étais le peintre et toi ma muse

    Des tableaux inachevés

    Tous empilés

    Au fond du grenier

    Et qui ne demandent qu'à revoir le jour

    Mes pinceaux rangés

    Pour toujours

    Dans la maison traînent quelques dessins

    De superbes créatures dévoilant leurs seins

    Dans un vase, les roses aujourd'hui sont fanées

    Moments de gloire passés

    Notre amour déchiré

    Sur la table, les restes d'un petit déjeuner

    Pendant de longs mois, patiemment, je t'ai croqué

    J'ai adoré

    Nos longs moments de complicité

    Au mur du salon, reste accrochée

    Cette toile que tu as tant adorée

    J'aurai tellement aimé

    Que le temps reste bloqué

    Mais l'inspiration m'a quittée

    Mes tableaux a jamais resteront vierge de toute peinture

    Aujourd'hui je me tourne vers le futur...

     

    TP (Verlant)


    votre commentaire
  • Challenge de Bonasse L'"heureuse" Huguette

    L’ « HEUREUSE » HUGUETTE

     

    A l’autel, elle fit le vœu de son plein gré

    Joyeuse alors d’avoir trouvé l’autre part

    D’elle comme il se doit : en toute liberté.

     

    La beauté de ce jour vit dans un placard

    Depuis le temps, il y a bien eu du chemin

    Des années échues ont laissés voir quelques retards.

     

    Deux nouveaux habitants l’embrassent chaque matin

    Geste d’amour qui la rend joyeuse et fier

    Désormais c’est grâce à eux qu’elle souhaite voir demain.

     

    Pourtant un nouveau jour non semblable à hier

    Est né entre les jours beaux et les jours d’amour

    Sa face lui est désormais connu et surtout sa misère…

     

    Une joie disparue, une jeunesse regrettée ; un cri dans la cour

    La voix du mâle se fait entendre de partout les lieux

    Un vacarme incessant à faire chuter un Vautour.

     

    C’est son jour qui se lève dans ses Cieux

    Elle seule le vit, elle seule le voit, elle seule y est prit

    Pour avoir commit la bêtise d’aimer un peu.

     

    Deux cris encore en dedans ; deux êtres innocents et chéris

    Apeurés et tremblants jusque dans l’os la voient

    Salie et humiliée et cinglée par le plus méchant des gorilles.

     

    Spectacle gratuit que leur offre un homme sans foi

    Qui a le cerveau aux muscles et les muscles entre les cuisses,

    Fier de son statu de maître qui dicte sa loi…

     

    Les jours de preuve, il se ride et vice

    Ses poches et son cœur aride de sentiments, la rejette.

    L’indolent et aphone État voit tout en complice.

     

    Mais elle sait que grandir les enfants est sa quête ;

    Que la misère d’hier sera le bonheur d’aujourd’hui ;

    Que loin d’être Madame de Gorille, elle sera L’ "HEUREUSE" HUGUETTE.

     

    Live and die for a smile

    BONASSE


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique