• N°38 : La Nature

    N°38 : La Nature

     

    Bonjour à toutes et tous.

    Au pied levé, voici donc le nouveau challenge.

     

    Pour nous aérer la tête, je vous propose "la Nature",

    avec cette petite phrase de Stefan Edberg:

    "Quand l'homme n'aura plus de place pour la nature,

    peut-être la nature n'aura t-elle plus de place pour l'homme".

     

    A vos plumes... ou à vos crampons...

    Et que l'inpiration soit avec vous...!

     

    Et pour dans une dizaine de jours, je passe le flambeau à Kelkune,

    si elle est d'accord (lol)...

    Bien à vous toutes et tous...

    Votre L.

  • Mother Earth (par Alexia4ever)

     

    D’une preste unique et authentique,

    Dame Nature manie sa baguette magique ;

    Sans jamais reproduire les mêmes tours,

    Le spectacle évolue au fil de ses atours

     

    Dans l’espoir de voir s’esquisser notre plus beau sourire,

    Sauf exception, elle nous offre de quoi guérir ;

    Puisqu’elle nous escorte là où l’harmonie est desservie,

    Regarde et écoute, laisse-la t’enseigner la vie

     

    Fourmis parmi l’Univers, géants parmi les acariens,

    Nous sommes à mi-chemin entre le tout et le rien ;

    La Nature règne même lorsque le monde dort,

    Et toi veillant, tu ne pourras t’approcher de Pandore

     

    Hormis une minorité dont font partie les scouts,

    Lorsqu’elle nous appelle au secours, personne ne l’écoute ;

    Mais devant être obéie avant d’être commandée,

    Rancunière, Gaïa n’accorde plus ce que l’on vient quémander

     

    On aura beau se liguer contre elle, nous ne ferons jamais l’unanimité

    Car face à nos désirs démesurés, notre pouvoir est limité ;

    Puisque nous avons l’audace de la détruire afin de mieux vivre,

    Pourquoi ne se mutinerait-elle pas en vue de survivre ?

     

    Si, au fil des jours, la planète se réchauffe,

    C’est que l’on se rapproche pas à pas de l’Enfer ;

    Battons-nous pour sortir de ce conflit sains et saufs

    Mais enterrons la hache de guerre pour sauver la Terre.

     

     (Janvier 2012)


    votre commentaire
  • S.O.S d'une Terre en détresse par Kelkune

     

    D'où viennent-ils ces messages emportés par les flots ?

    Tous ces mots qui s'éloignent et se perdent sur les eaux,

    Ils ne sont pas le fruit de créations humaines,

    C'est la Terre qui écrit pour déverser sa peine.

     

    Elle voudrait pouvoir croire que les temps vont changer,

    Elle espère que les Hommes voudront bien l'écouter,

    Elle soupire, se déchire et tremble de douleur,

    Car personne aujourd'hui ne voit faner ses heures

     

    "Notre Terre immortelle supporte nos supplices

    Nous l'avons dominée, elle subit nos caprices

    Et qu'importe le poids des horreurs infligées

    Elle devra à nos ordres toujours plus se plier."

     

    Qu'advient-il de cette Terre au visage inhumain ?

    Pourquoi ses paysages se font-ils plus urbains ?

    Elle fabrique en secret un tissu de colère

    Qui un jour couvrira vos horreurs, sa misère.

     

    En attendant le jour où elle se libèrera

    Du joug de tous ces Hommes qui vivent ici bas

    Elle écrit des messages, des appels éphémères :

    Elles n'appartiennent qu'à elle, ces bouteilles à la mer.

     

     

     

    Kelkune


    votre commentaire
  • Quand passe le vent par Théo91

     

    QUAND PASSE LE VENT

     

    Un rire a brisé le silence, les gens n’écoutent plus

    Un visage d’enfant qui se moque des ombres mortes de nos yeux.

    Le vent qui s’en va emporte mon sommeil.

    Les sons s’envolent ;

    La nuit a voilé le silence, glacée comme la mer

    Qui coule silencieusement sur le chant de l’aurore...

    L’oiseau n’a plus le vol des soleils d’antan…

    Le chemin familier ne rêve plus de fleurs…

    Le ciel et la mer n’ont plus qu’une même vague…

    Une bouffée de haine dévore la lumière…

    Où flottaient tous les anges, il ne reste qu’une ombre.

    Les hommes quand ils marchent, n’ont plus mêmes pas.

    Les ailes de l’amour s’accrochent aux lianes.

    La vie est endormie, signal au désespoir.

    Et rougeoient dans le ciel les pouvoirs du mensonge.

    L’azur n’est plus qu’un mince feu de joie.

    Les nuages sont lourds, n’ont plus la même voix…

    La fenêtre qui s’ouvre n’a plus aucune clarté :

    Sa lumière sans chaleur n’entre plus dans les cœurs.

    Mes yeux s’égarent sur la plaine infinie,

    Triste désert de solitude,

    Le jour brise l’écho, l’air est brûlé de haine,

    Partout fusent des murmures, étouffés par la nuit,

    La nature, le soleil, le monde entier ferment les yeux !

     

    Il n'est pas de moi mais de mon frère défunt, j'espère qu'il vous plaira.   Franck


    votre commentaire
  • challenge de Minimoy

     

    Notre mère à tous !!!

     

    Je suis votre mère :

    La sainte Terre

    Qui vous accueille les bras grands ouverts,

    Afin que le monde ne soit plus un désert.

     

    Mon amie la Lune

    Est présente pour réaliser vos rêves,

    Sans aucune trêve,

    Même dans la brume.

     

    Mes fils les Océans

    Vous servent à devenir grands,

    Car ils vous offrent leur immensité,

    Et ce avec beaucoup d'intensité.

     

    Ma fille l'Air

    Vous permet d'exister.

    Car sans elle, vous ne pourriez respirer

    Et donc vous ne seriez même pas éphémère.

     

    Mon amour le Feu

    Est lui dangereux.

    Car il détruit parfois des voeux

    Qui auraient pu être merveilleux.

     

    Ne soyez pas trop pressés

    De grandir mes petits anges

    Car le monde devient vite étrange

    Et il est difficile de ne pas y succomber.

     

    Donc prenez soin de moi

    Et ne perdez pas votre foi.

    Parce que je serai toujours à vos côtés

    Même si vous vous sentez désemparés.

     

    Nous sommes tous une grande famille

    Grâce à laquelle les étoiles brillent

    Et nous faisons tous partie

    De cette grande harmonie

    Qu'est la vie !

     

    -Minimoy-

     

    (PS: c'est un vieux poème, que certain(e)s d'entre vous doivent déjà connaître, mais bon, je trouvais qu'il allait bien avec ce challenge, et je vous promets d'en écrire un nouveau... bisous à tous ;) )


    votre commentaire
  •  

     

    Détruit-on pour détruire ou bien par inconscience?

    Evolution de l'homme ou dégénérescence?

    Va-t-elle en sens inverse au progrès de sa science?

    O Nature! attendons patiemment l'échéance!

     

    De par sa beauté nue aux féminins contours,

    Eveillant l'émotion, elle s'offre à vos sens

    Dans l'infinité de toute sa quintessence.

    Tout en elle est en fait un appel à l'amour.

     

    Exhalant ses parfums secrets les plus intimes,

    Jusqu'au cœur de sa fleur au bourgeon frémissant,

    Elle a su vous toucher, parfois subtilement,

    Et, poétiquement, vous inspirer vos rimes.

     

    De l'aube au crépuscule, avec exactitude,

    Elle peut émouvoir et, même, jusqu'aux larmes

    La sensibilité de vos âmes. Son charme

    Sait bien vous transporter dans cette plénitude.

     

    Lorsque la nuit, savamment métamorphosée,

    Subjuguée, m'en imprégnant, je m'osmose en elle,

    De l'autre côté de l'hémisphère ou du ciel,

    Elle m'ouvre ses bras vers un monde étoilé.

     

    Fût-ce là mon dernier champ de signes, sereine

    Je m'en retournerai, les ailes déployées,

    Heureuse de vous avoir ainsi révélé

    Toutes faces cachées de la Nature… humaine.

     

    L.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique