• DU REVE

     

    Au travers des rêves de l’âme d’enfant,

    S’élèvent sans parjure les valeurs du jour

    Tant la réalité, souvent armée de tourments,

    Cultive de l’imaginaire les détours.

     

    Aussi, convient-il de conserver nos juvéniles errances

    En horizons bienheureux de nos jours les meilleurs,

    Marquant notre avenir du sceau de l’espérance

    Pour alléger nos destins d’une quelconque noirceur.

     

    Avec le songe pour unique armure de chevalier,

    L’Homme qui rêve devient chaque jour plus fort,

    Emplissant son être de joie, irrationnel pilier,

    Pour parvenir à la béatitude d’un quotidien sans torts.

     

    Aux lendemains utopiques, les espoirs de l’âme :

    Tintés d’irréel mais guidant nos choix de vie,

    Nos rêves mènent la danse que la liesse réclame

    Portant la valeur de nos destins en terre d’euphorie.

     

    Pour l’adulte comme pour l’enfant,

    Le songe apparait en exutoire des peines,

    Libérant le cœur des plus indestructibles carcans

    Et forgeant au quotidien des heures plus sereines.

    Sylvain


    votre commentaire
  • Challenge de Kelkune

     

    Y a pas que les grands qui rêvent...

     

     

    Y a pas que les grands qui rêvent,

    Qui imaginent un monde de bonheur sans trêve,

    Y a pas que les grands qui pensent

    Que le temps saurait nous offrir sa chance

     

    Nos vies sont construites sur le même schéma,

    Envie de douceur, d'une vie Nirvana,

    Que jamais les pleurs n'altèrent les rires,

    Envie d'un destin qu'on ne peut ternir

     

    Y a pas que les grands qui rêvent,

    Mais un jour pourtant tout meurt et s'achève,

    On imagine tous de beaux horizons

    Mais les grands, eux seuls, perdent leurs illusions

     

    Je n'veux pas grandir, laisser cette lumière,

    Voir que mes espoirs se meurent et s'enterrent,

    Vivre de douleurs en désillusions,

    Croire que finalement rien de nous n'est bon

     

    Et si le mensonge m'éloigne de mes peurs

    Je préfère mentir pour sauver mon coeur,

    Mais si même mes songes ne me préservent pas

    Ma vie n'aura plus qu'à se faire trépas

     

    Parce qu'il n'y a pas que les grands qui rêvent,

    Mais un jour pourtant tout meurt et s'achève,

    On imagine tous de beaux horizons

    Mais les grands, eux seuls, perdent leurs illusions.

     

    Kelkune

    (image : Keaps Photographie)


    votre commentaire
  • Challenge de Milly54

     

    Tu sais, y’a pas que les grands qui rêvent,

    Y’a pas que les grands qui ont des sentiments…

     

     

    Tu dis que je suis trop petite,

    Mais mon cœur d’enfant est plus sincère

    Que ces filles déjà tout en formes,

    Tu dis que de toute façon

    Jamais tu n’aimeras une « naine »,

    Et que mes larmes de bébé

    Ne te feront pas changer d’avis…

     

    Tu sais, j’en ai passé des nuits blanches

    A dessiner des cœurs dans mon journal intime,

    A me confier à mes doudous,

    A imaginer un futur auprès de toi…

    Toi le papa, moi la maman,

    Puis un bébé et une maison,

    Avec un énorme jardin plein d’animaux…

     

    C’était beau dans mon imagination,

    Mais j’étais trop petite à ton goût,

    Pourtant du haut de mes 6 ans

    Je savais que je t’aimerai pour toujours,

    Et toi impressionnant garçon de 12 ans

    Tu ne pensais qu’à te moquer de ma naïveté,

    Moi, la petite princesse des bacs à sable…

     

    Tu te souviens chéri de cette belle époque ?

    Il m’a fallu attendre dix longues années

    Pour que enfin tu poses les yeux sur moi,

    Et que tu te rendes compte que j’avais grandis,

    Oui, je m’étais métamorphosée…

    Je te vois encore te déclarer, toi « le grand »

    Incapable de croiser mon regard sans rougir…

     

    Tu vois chéri, y’a pas que les grands qui rêvent

    Y’a pas que les grands qui ont des sentiments…

    Et si j’avais arrêté d’y croire

    Où en serions nous aujourd’hui ?

     

    Milly54


    votre commentaire
  • Challenge de Princesse-des-cieux

     

    Petite fille rêve...

     

     

    Le soir, quand la lune se dévoile

    et que scintillent dans le ciel les étoiles,

    une petite fille, le souffle lent,

    s'évade et s'endort paisiblement.

     

    Elle s'envole au pays des songes,

    lieu d'où sont bannis tous les mensonges.

    Peu à peu, ses larmes s'estompent,

    là-bas plus personne ne la trompe.

     

    Petite fille rêve,

    avant que la nuit ne s'achève...

    Petite fille imagine,

    avant que la nuit ne s'incline...

     

    Elle chevauche l'esprit du vent

    et danse sous la pluie en riant.

    Elle rêve du grand amour,

    de promesses et de tendres discours.

     

    Elle plonge dans les abysses,

    pour oublier les sourires factices.

    Elle s'invente un prince charmant,

    qui la protègerait à coeur et à sang.

     

    Petite fille rêve,

    avant que la nuit ne s'achève...

    Petite fille imagine,

    avant que la nuit ne s'incline...

     

    Mais bientôt, elle reviendra à la réalité,

    parfois tellement dure à contempler.

    Elle attendra alors impatiente,

    les merveilles de la nuit suivante.

     

    Petite fille vit dans un monde fait d'imaginaire,

    elle le préfère cent fois à notre monde pervers.

    C'est son petit paradis, son jardin secret...

    La seule chose que personne ne pourra jamais lui voler.


    votre commentaire
  •  

    - Au-delà d'un rêve -

     

     

    Déjà mon rêve s'effiloche:

    Il te faut remonter, c'est l'heure.

    Je garderai ton baume au cœur

    Volé aux ressentis si proches,

     

    Osmose de nos corps aimants,

    Tel un cordon ombilical,

    Une cordelette d'argent,

    Reliant la terre à l'astral,

     

    Ou mieux, la mer à l'empyrée,

    Annihilant toute distance

    Entre l'ombre et sa transparence,

    Ainsi que le fait la pensée.

     

    Au tressaillement de ton âme,

    Confondue en remerciement

    En regagnant le firmament,

    L'Amour a ranimé ma flamme.

     

    Un instant magique et ravi

    Au souffle de sérénité

    D'une future éternité,

    Imprégnant nos mânes ravis.

     

    Rendez-vous là-haut dans les nues

    Pour une nouvelle aventure,

    Quand l'heure sera revenue…

     

    Qu'un songe onirique y perdure…

     

    L.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique