• N° 248 : Le seul fait de rêver...

     

    N° 248 : Le seul fait de rêver...

     J'ai trouvé ce

    texte de Jacques BREL

    je pense que cela peut faire un super challenge

    "Le seul fait de rêver"

    Je crois en votre inspiration,

    Donc "inspirez, laissez partir votre cerveau dans votre bulle, ne pensez à rien d'autres

     et écrivez"

    J'attends avec impatiences les résultats..

    Bisous à tous.

    Morganne

    et L.

    qui a bien voulu me faire la rubrique

    car je n'arrive plus à les faire.. 

    coolyessmilewink2

     

     

  • Image du net

     

    Doux rêveurs

    Fred et Morganne

    ******

     

    Douceur, embaumée de roses, grisant parfum,

    Rai de soleil, printemps pointe le bout de son nez.

    Envoûtement, survol d'un pigeon capucin.

    Folle envie, partir dans notre bulle, rêver.

     

    Douce tiédeur, profond sommeil qui nous allège,

    Aujourd'hui comme demain ne sera que beauté.

    Il suffit de laisser s’envoler les sortilèges,

    Et nous partons sur nos idéaux ainsi créés.

     

    Sur les chemins de marbre, les  mécréants vont s'affronter,

    Partons pieds nus sur la plage bordée de fleurs d'écume.

    Les peines, les malheurs vont repartir avec la marée,

    Le doux songe, dentelé de roses des sables sera belle réalité.

     

    Allongés sur un sable doré comme l’est l’or fin,

    Nous contemplerons les cieux immobiles et vierges.

    Regard plongeant dans l'azur où les nuages semblent peints,

    Beauté du rêve vécu d’une pensée qui émerge.

     

    4 mains de Jean-frédéric and Morganne

    deux doux rêveurs,

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Au pays du rêve  par nini

     

                                                     Rien dans ce bas monde n'est éternel..

                                                      Mais mon imaginaire peut m’emmener

                                       Très loin, au pays des rêves; alors dans un battement d’ailes

                                       Comme l’oiseau,  je m’élève légère et cet espace devient réalité,

                                      Sur un nuage cotonneux je me pose, bercée par un doux zéphir

                                      Dans l’harmonie des cieux,  je contemple cet empire

                                      Qu’un prince magicien dirige de sa baguette magique

                                       Paisible est mon évolution dans ce milieu éclectique.

                                       Deux petits anges au sourire en forme de cœur

                                        Laissent un doux parfum à la saveur du bonheur,

                                        Dans cet Eden, le temps suspend mon vol avec délectation

                                         Lieu de quiétude remplit de partages et parsemé de douceur

                                        Oubliant les intrigues de la vie et ses agitations,

                                        Les perfidies, mensonges conventionnels de la civilisation

                                       Je palpite sous le calme pénétrant de ce havre de paix.

                                                                               ***

                                      Ce n’était qu’un échappatoire momentané, illusoire! 

                                       Mais dans nos rêves n’y a-t-il pas un peu de réalité ?

                       

                    nini


    3 commentaires
  • Déprimé le soir, allant se coucher,
    Il parait que la nuit porte conseil.
    Dans les songes se laissant attirer,
    Pour découvrir à nouveau le soleil.

     Les yeux à peine clos,
    Un grand ciel bleu se dévoile.
    Les attaques de Râ sur la peau,
    Pénètrent le corps à même la moelle.

    Sensation de bien-être,
    Oiseau apprend à voler,
    Quitte pour la première fois ce hêtre,
    Découvre enfin la liberté.

    Particule d’eau dans le ressac,
    Echappe au cul-de-sac.
    Attention désormais portée sur elle,
    Sentiment de se sentir éternelle.

    Le seul fait de rêver,
    Pour redonner la vie,
    A un adolescent brisé,
    Par l’absence d’ami.

    Jérémy Paut


    3 commentaires
  •  

    photo du net

     

    Seule dans cette chambre,

    Ciel de lit très étoilé.

    Eclat de ma pierre ambre,

    Lumière de sel, rêver.

     

    Or est le silence sans vol,

    Le bien est à ma portée.

    Bulle de rêve, image d' Eole,

    Le mal, savoir endiguer.

     

    Chariot patinant sur les nuages,

    Gaïa, la pauvre, à nettoyer.

    Pour faire,serai-je assez sage ?

    Endiguer la furie organisée.

     

    Une pincée d'étoiles filantes,

    Soulager la douleur, aimer.

    Silence, retirer la peur ardente,

    Donner, la force, surmonter.

     

    La terre, une infante à sauver,

    Comme Périclès à Athènes,

    En Péloponèse, la peste a tué.

    Furie sauvage, gangrène oncogène.

     

    Morganne

     

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique