• N° 228 : Quand la ferveur dépasse la réalité

     

    Bonjour à tous, c'est Nini
     
    Je vous propose le sujet suivant ; l'idée m'étant venue, avec ce mondial de foot au Brésil et tous ces gens des favelas et autres déshérités, qui crient leur colère avec ce gâchis d'argent! je n'ai rien contre le sport, mais là encore que de gaspillage dans ces structures !!
     
     

    N° 228 : Quand la ferveur dépasse la réalité


    Alors voilà mon thème
    bien sûr!  J'espère qu'il vous plaira.. 
     
    Quand la ferveur dépasse la réalité.
     
     

    N° 228 : Quand la ferveur dépasse la réalité

     
     
    J'espère que vous serez inspirés, allez à votre clavier bonne semaine
     
    Signé Nini
     
     
     
    Je me permets de mettre un petit encart pour vous demander
     
    Si la semaine suivante Andy aurait une idée de challenge à mettre le dimanche
     
    Et ensuite si Mona la semaine après pouvait nous en concocter un ce serait super
     
     

    N° 228 : Quand la ferveur dépasse la réalité

     
     
    Bonne fête à tous les papas et grands papas qui seront à l'honneur ce dimanche.
     
    Morganne
  •  

    Ferveur et croyance. par Morganne

    Un ancien train plein de brancards passe à l'heure,

    Train spécial à destination pour Lourdes, ville des annonciations.

    Des pèlerins et leurs dévoués accompagnateurs,

    Il doit faire chaud dans ces wagons, mais peu importe il faut tenter la mission.

     

    A l'arrivée les gens sont exténués, mais tellement croyants,

    Les infirmières d'anciennes femmes et hommes sauvés de la tuberculose.

    Ils se doivent de redonner la force de continuer, d'avoir la ferveur pour longtemps,

    Des miracles il y en a eu, vrai faux, on ne le saura jamais, mais il faut à tout prix qu'on ose.

     

    Certains venus sur leurs jambes fatigués, mais genoux en sang, prient devant la statue de la Vierge,

    Immaculée conception, tu es apparue à sainte Bernadette,

    Pourquoi pas à eux, ils resteront prosternés, couchés sur des dalles très refroidies,

    Un homme paralysé est plongé dans l'eau froide sans précaution, il faut payer à Dieu sa dette.

     

    Un pélerinage de fauteuils roulants, de gens marchants difficilement,

    Se déroulent jusqu'à la grotte bénie des cieux.

    Exténués ils avancent comme des robots vers le lieu saint silencieusement.

    Quand la ferveur dépasse tout, on ne repartira pas la bénédiction et l'eau de Dieu.

     

    Ils achèteront des médailles bénites, par des commerçant peu scrupuleux,

    Des petits bidons d'eau de Lourdes pour leurs amis.

    Quelques jours plus tard sans miracle ils reprendrons le train, heureux,

    D'avoir été à la grotte sainte, à la messe des infirmes sans parcimonie.

     

    Arrière grandmamie, atteinte de la tuberculose mais guérie,

    Est allée par la chaleur et le froid accompagner ceux qui n'ont pas eu sa chance,

    D'avoir une guérison, de ce fait elle est devenue infirmière pour la survie,

    De ce pèlerinage de Lourdes épuisant mais transportant encore plus la foi et l'espérance.

     

    Morganne...

     

    La photo est une photo perso héritée de mes grands parents,

    dessus mon arrière arrière grand mère en infirmière

    car ce ne sont pas des bouchers mais des gens qui ont été malades

    beaucoup sont morts mais eux rescapés ont décidés comme les prêtres de

    donner leur vie et leur travail pour les gens encore malades

    de les soigner car c'était très contagieux, et d' accompagner les moins atteints  en pélerinage à Lourdes.

    Je crois qu'on peut leur tirer notre chapeau car ils n'étaient même pas payé.

    Morganne


    3 commentaires
  •  

     

     

    Rio de Janeiro, le Brésil, le sable, la fête, le rêve,

    Belles filles en string toutes bronzées et retouchées,

    Du haut de leurs favelas, les petits de l'école font la trève,

    Ils voient en  bas, le riche football, eux jouent avec un ballon crevé.

     

    Brésil, Brésil, tu attires par tes plages toutes d’or peintes

    Tu  respires au rythme des sambas du diable comme mentor

    Brésil, Brésil, ballon rond, ton sourire n’est que joie feinte

    Regarde plus haut, lève les yeux sur le christ « Redentor »

     

    Pourquoi cette immense statue d'égalité, bras ouvert vers ses enfants,

    Laisse autant d'injustices se créer, l'argent pour une coupe, par les portes jeté.

    Messieurs les conquistadors de tous pays, comme des rois tous puissants,

    Simple mortel, tapant dans un ballon, honte à vous, pourquoi êtes vous adulés ?

     

    Tape tape dans la tête, tape tape dans la balle, tape tape dans tes rêves

    Joueurs aux étoiles sur le maillot, enfants aux étoiles dans les yeux

    Donne les dollars à qui en a plein, donne à manger à qui à faim sans trêve

    Mondiale de tous les dangers, en un peuple  qui mettra le feu.

     

     

    Duo de jfred et morganne 

    Pas fou de foot mais qui ne se foutent pas des pesos gaspillés.

    au détriment de la pauvreté ambiante

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Du fond de l'inconscient, l'autre réalité,

    Ton baiser volontaire est venu, dans la nuit,

    En fervent insoumis, bravant la voie lactée,

    Agrémenter la paix de mes songes fortuits.

     

    Tu as illuminée, du couchant à l'aurore,

    Mes pensées étoilées dans leur noble penchant:

    Cet allant manifeste à te rejoindre encore,

    Sans fin émerveillées, de l'aurore au couchant.

     

    Visites impromptues, libres, sans interdit,

    Teintant de ressentis, d'une ardeur ostensible,

    Dans la complicité tacite des non-dits,

    L'ébauche évaporée des sphères invisibles.

     

    Aux fusions d'harmonie de l'osmose nuptiale

    De nos deux énergies savamment épousées,

    Que le bonheur déteigne, en tangible idéal,

    Sur ce monde perdu en refrains étriqués!

     

    Que l'Amour, par delà l'immensité céleste,

    Vienne ainsi, prodigieux, en imprégner leurs cœurs,

    Qu'alors, d'une réciprocité sans conteste,

    Et l'esprit libéré des lourdes pesanteurs,

    Ainsi que notre béatitude l'atteste,

    Ils puissent s'aimer dans cette même ferveur.

     

    L.

     

    PS: Vous aimez mes écrits? Merci, alors, de m'encourager

    sur...

    http://short-edition.com/oeuvre/poetik/mon-uni-vert

    http://short-edition.com/oeuvre/poetik/mais-moires

    http://short-edition.com/oeuvre/poetik/la-vie-c-est-leste


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique