• N° 195 : "Pas de chanson plus belle que ta voix..."

     

    Bon je sais pas ce qui s'est passé, mais je n'ai pas réussis à écrire avec la vidéo (impossible de taper quoi que se soit dans le cadre réservé au texte), donc tant pis je vous mets le challenge au travers de ce commentaire (en attendant de quelqu'un arrive à l'écrire dans l'article, ou peut-être que je vais y arriver plus tard ^^)

     

    Voici donc le nouveau thème que je vous propose : inspirez-vous de la chanson de Lynda Lemay, enfin plus précisément de l'une de ces paroles.

     

    Il s'agit de la phrase suivante : "Il n'y a pas de chanson plus belle que celle de ta voix qui m'appelle..." extraite de "Quand j'étais ptit gars"

     

    Voilà, j'espère que cela vous conviendra, à vous de décider de la manière donc vous allez l’interpréter.

     

    Bonne écriture et bonne semaine

     

    -Minimoy-

     

    P.S : désolée pour la présentation de ce challenge, j'espère que j'arriverais à faire mieux plus tard 

  • Evy

     

    Evy

     

    Ce soir je n'arrive pas à écrire

    Pourtant j'en ai des choses à dire

    J'en ai gros sur le coeur

    Que depuis quelques jours j'en pleure

     

    Voilà sept longues années

    Que nous t'avons enterrée

    Et que nous n'entendons plus

    Le son de ta voix, qui s'est tue

     

    Seuls les souvenirs et vidéos

    L'ont gardé, ainsi que nos pseudos

    Tu n'es plus là, et même après 7 ans

    Tu me manques toujours terriblement

     

    La douleur est toujours présente

    Et toujours aussi blessante

    Je ne crois pas que cela s'attenue

    Toutes tes dates, sont des coups de massue

     

    La vie peut être si cruelle

    Et même si tu nous vois du ciel

    Je ne vois plus ton sourire

    Qui n'est plus qu'un souvenir

     

    Jamais je ne pourrais t'oublier

    Quand on sait tout ce que tu as donné

    Et je fermerai le clapet

    A tous ceux qui te dénigrerai.

     

    Evy


    votre commentaire
  • Ta voix, tes murmures par Andy

     

     

    Quelque part dans mon âme

    Il semble qu'une rivière sans fin coule

    L'aube naissante rayonne intensément

    Et trace un chemin d'or et d'argent

    Qui mène là où mon coeur cache tes murmures

     

    Pendant que je m'allonge au somme d'une colline

    Fixant distraitement le lointain ciel bleu

    Je ne peux oublier nos moments passés

    Pour ce ciel qui est si distant

    Où ta voix résonne dans son immensité

     

    Bien que cette colline puisse effacer mes tristesses

    Jamais elle ne pourra effacer cette mélancolie

    En dessous de ce ciel lointain, le coeur léger

    Mes yeux se sont fermés sous les caresses du vent

    Qui apporte avec lui les échos de tes murmures

     

    Andy


    1 commentaire
  • Vocalises amoureuses des "toujours" par Morganne

     

     

    Une voix nasillarde dans le vieux poste radio,

    Une main qui tremble pour augmenter le son.

    Où est-il le temps où tu me fredonnais, Luis Mariano,

    Amours, entends-tu, je n'ai plus vingt ans, c'était notre chanson.

     

    Tu es partie depuis quelque temps, tu es partie avec le vent,

    Qu'importe, tu es au ciel mais je t'aime toujours.

    Attends moi, j'arrive dans peu de temps,

    Chante pour moi avec la harpe des anges, mon amour.

     

    Ta main dans la mienne, ton regard de velours,

    Une voix à se damner, c'est le bonheur d'une romance.

    Qu'importe l'âge, qu'importe le désir des amours,

    La douce mélodie sort de tes lèvres sans discours.

     

    Sur le chemin fleuri de la poésie,

    Chante le rossignol, chante la vie.

    Des "vers" dans son envol il a pris,

    Ô que je t'aime l'oiseau, vient chanter dans ton nid....

     

    Morganne....


    votre commentaire
  • La voix de l'arbre par Mamin

     

     

    Il y a des mots que l’on n'entend pas…

     

    Un soir une ombre a surgi et m’a dit

    « Ecoute un peu une voix te parle en mots inconnus »

    La voix du silence l’entends-tu?

     

    Je suis allée me promener, les arbres se sont penchés

    Pour me raconter des histoires qu’ils étaient seuls à connaitre..

    Le vent doucement m’a soufflé à l’oreille les secrets

    De ces Géants des bois, décoiffés de leurs feuilles mortes.

    Qu'une Sombre pluie chemine leurs corps de veines fortes.

    Des bras noueux captent ces bises dans un cri de douleur

    Mes yeux se perdent dans leurs labyrinthes de malheurs

    Chaque arbre a dans le vent son écho, humble ou hautain

    La forêt toute entière a une voix divine quand vient le matin..

     

    Parfois les mots tombent sans faire de bruit en gouttes de rosée étouffées,

    De peur qu’ils se confondent avec celui que fait le monde en jetant

    Ces mots à tous vents; discuter sans parler, entendre sans écouter..

    Je me tais... Peut être alors les entendras-tu crier dans le silence de la nuit !


    votre commentaire
  •  

    challenge 4 mains Jean-Frédéric et Morganne

     

    Hé oh hé oh, répondit l'écho, refrain de toujours,

    La montagne nous unit, dans une douce symphonie.

    Claquement de son de voix, où es tu, mon amour ?

    Loin de toi dans les rocheuses, je suis éperdue d'ennui.

     

    La voix de l’écho qui revient à mon oreille

    Porte toute la grâce d’un printemps qui renaît

    Je te cherche parmi la rosée du matin qui s’éveille

    Te trouverais je en  suivant le chant du geais

     

    Telle un elfe je gambade dans la prairie,

    Par amusement, la mélodie de ma voix sera ailleurs.

    J'ai pourtant tellement hâte de te retrouver, mais je ris,

    Le tétralyre, les bouvreuils vont te mettre sur la piste du bonheur

     

     Le feulement, le brame, le cris des animaux sera un repère.

    Est-ce par ici ? est ce par là ? Suis-je sur la bonne voie ?

    Nulle doute, le soleil s’élève dans le ciel, perçant les nues

    Je te trouverais, parmi la faune sauvage et la flore en émoi.

     

    Un crissement dans les feuillus, tu te retournes, vivement

    Rien, mais je ne peux me cacher aussi longtemps,

    Trop envie d'être dans tes bras, je bondis furtivement.

    Telle une biche, dans ce sous bois, ma voix tu entends.

     

    Je te vois, tu es là enfin toi qui te montre telle que tu es

    Je ne suis qu’un homme parmi les autres que tu as conquis

    Enfin nos âmes vont s’unir pour une enchanteresse éternité

    Ce chant qui nous anime, nous réchauffe, nous fera le plus doux des abris

     

    JFRED et Morganne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique