• N° 194 : "A quelques pas des champs"

     

    Cahin caha, le site va, au gré des challenges qui se proposent ou non.

    Ce site n'est pas mort, nous allons juste dire qu'il est un peu moribond.

    Mais soit, nous sommes repartis sur les routes, les routes campagnardes et que bordent ces routes, des champs.

     

    A quelques pas, les champs...

     

    Cela pourrait être des champs de blés comme de lumière; je vous laisse plaine inspiration :)

     

    Bien à vous,

    Amitiés poétiques,

     

    alain/spock27

     

    Ah ok. l'illustration est un peu sous-dimensionnée, lol. On fera mieux plus tard...

    N° 194 : "A quelques pas des champs"

  •  

    Harmonie des champs par Mamin

     

    Entre champs de maïs et verts ensemencés

    Vaches qui paissent au pré de l’été.

    Se promener aussi sous le soleil printanier.

     

    Errer dans la campagne pour rejoindre les terres

    Où pousse encore l’espoir de nos rêves imaginaires

    En suivant le chemin des désirs oubliés

    .

    La ferme à l’effort va de l’avant

    L’épouvantail s’étire au champ

    Les oiseaux en rituel conflictuel

    Tournoient à tire- d’ailes.

     

    Sentir autour de nous ces parfums émanés

    De corolles de fleurs et pétales tombés.

    Vision écarlate du rouge coquelicot

    À la blondeur du blé parsemé d’étourneaux.

     

    Prendre le temps de remplir sa tête de ces instants

    Dans le calme d’un matin de printemps

    Quand la vie passe à l’âge des tourments.


    votre commentaire
  • A quelques pas des champs * Evy

     

    A quelques pas des champs

    On trouve les villes

    Où l'on ne parle plus qu'argent

    Et où on vide beaucoup de bouteilles

     

    On s'asphyxie, on est engloutie

    Dans ce système de surconsommation

    On a plus de vie

    C'est une auto-destruction

     

    On oublie notre humanité

    On s'enferme, on s'étouffe

    On devient des "poupées"

    Avec du maquillage Waterproof

     

    On doit pouvoir sortir de cette prison

    Trouver une porte de secours

    Trouver un contre-poison

    Si possible sans retour

     

    Nos campagnes sont si belles

    Si reposantes et surtout naturelles

    Ce qui manque souvent dans les agglomérations

    Où parfois s'invitent la dépression...

     

    Evy

     

    ----------------------------------------------------------------------

    Voilà ma contribution pour ce thème, je l'ai interprété comme celà !!


    votre commentaire
  • challenge de morganne un petit cabanon

     

     

    Qu'est ce que j'aimerais !!

    M'évader dans la campagne, dans le désert,

    Oui  être solitaire j'aimerais.

    Une cadole perdue dans les vignes, le raisin pour dessert.

     

    Mais existe-t-il dans la campagne,

    Un endroit où je pourrais respirer à grandes lampées,

    Dans un village de Bories sans mat de cocagne,

    Je voudrais être seule, sans parler.

     

    Revoir ma vie comme dans un film de ciné,

    Courrant petite fille à grande enjambée, loufoque

    Partie ma canne, mon soutien, je peux courir gambader,

    Le silence est d'or, les oiseaux écouteraient mon soliloque.

     

    Passe la vie, avec ses joies, ses peines, ses douleurs,

    Associons nous alain,  ne pensons pas à nos maux ,

    Que le ciel nous donne à tout deux la force ainsi que le bonheur,

    De nous retrouver dans quelques temps, neufs, guéris, nouveaux.

     

    On se serre les coudes, on va cahin caha,

    Pour le moment, pas de grands résultats,

    Mais ne t'inquiètes Al, la roue tourne en notre faveur,

    Et l'année prochaine nous aurons oubliez nos peurs.

     

    A quelques pas crois moi, des champs fleuriront  pour nous deux

    Croisons les doigts et  tissons des colliers de fleurs...

    Je t'offre cette photo pour qu'elle nous porte bonheur, le plateau de Valensole,

    Champs à perte de vue de lavandes fleuries et de tournesols...

     

    Un cabanon de pierres et le soleil du midi..

    Allez on sourit.

     

    Morganne


    votre commentaire
  •  

    4 mains jfred et morganne à la campagne

     

    Le bonheur n'est-il pas dans le pré ?

    Simple question que je me suis posée.

    L'amour dans un champ, la nature nous enivre,

    A quelques pas, la campagne, oxygène pour vivre.

     

    Suffit-il d’avancer sur les chemins battus par le vent ?

    Le temps nous accompagnera t’il jusqu’à la vue des champs

    Les fleurs y auront-elles le temps d’y fleurir ?

    Aurons-nous la chance de les voir s’épanouir ?

     

    Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir,

    Les prairies couvertes de fleurettes enlèvent le noir.

    Pâturages, espace de vie où paissent, les animaux, là on peut renaître,

    Vaches tarines aux yeux maquillés, agneaux qui vont naître ?

     

    L’espoir naît de la vie qui s’allume à l’aube des amours naissants

    Haut dans le ciel, s’allume les rayons d’un feu éclatant

    Sans doute apaisés, nous nous coucherons dans la rosée

    A regarder au zénith, le soleil se lever et monter, monter.

     

    Lové dans tes bras, pour ne pas avoir froid,

    Nous attendrons la tombée de la nuit sans effroi.

    Allongés sur l'herbe tendre, le ciel illuminé, étoilé.

    Divine nuit sous les constellations, rêvons de notre éternité.

     

    Quatre mains Jfred et Morganne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique