• N° 178 : Je laisse ma plume me porter

     

    Mona m'a chargée de mettre son challenge et comme je ne sais pas si demain j'aurais le temps je le crée ce soir..

     

    le voila

     

    Je laisse le vent m'emporter,

    Je laisse ma plume me porter...

     

    Allez tous à vos plumes, allez volez, écrivez.... donnez vous de la peine.. avec le sourire

     

    Merci   Mona

     

    Signé Morganne

  • Je suis une plume au vent

    Je laisse aux autres les beaux sentiments

    Je laisse l'air telle une caresse

    Me porter plus haut vers l'allégresse.

     

    Je suis une plume au vent

    Je laisse aux autres les jugements

    Je me pose un peu au hasard

    Sur les coeurs en demande d'espoir.

     

    Je suis une plume au vent

    Je caresse puis repars librement

    Comme s'en vont les futiles paroles

    Je reprends mon chemin et m'envole.

     

    Je suis une plume

     

     


    4 commentaires
  •  

    Quant à la plume de la colombe,

    J’y pense quand dans mon mol lit,

    Je suis allongé pensant à te prendre,

    A t’apprendre les arpèges de jadis,

    Ceux que nous épelions déjà naguère.

     

    Car c’est bien sur tes flancs tendres

    Que je m’aimais et que je t’aimais

    Et qu’enfin dans une union

    Empli de hauts soupirs,

    nous abandonnions

    Ce monde si honni.

     

    Tu es partie belle comme un songe ;

    Je ne te vois plus que de poudres

    Et si légère, comme vin liquoreux,

    Vaporeuse comme un pieux mensonge.

    Nous étions et donc nous ne serons plus.

    L’âme amoureuse est juste pauvre

    Et donc pauvre est l’âme d’amour…

     

    Alain, 15 mai 2013

     

    Quant à la plume... par Spock27


    votre commentaire
  •  

    Les mots, scions...!

     

     

    Mots d'alitée – Voici l'explication du drame:

    Au crissement frotté de sa pointe d'acier,

    Dans les intersections complexes de la trame,

    La plume, sans merci, a griffé le papier.

     

    Faute ne fut d'élans criés, d'écrits d'alarme,

    Mais la page froissée, sous l'eau d'yeux, gondole.

    O Page, l'encre jetée, mêlée à mes larmes,

    Aurait dû dessiner pour toi une auréole.

     

    Sangsue alitée – Qui n'a pas veillé au grain?

    De mes moires, impression vague de l'amère?

    Désirs d'être à la page, la penne a son chagrin,

    La trace indélébile, en essuie le revers.

     

    Quel gâchis! Sacrilège à l'amour! Et pourtant,

    La plume aurait voulu caresser le papier,

    Ancrée, se fondre en lui, s'y livrer librement

    D'une prestance émue de tendresse initiée.

     

    Morte alitée – La plume, voilée, s'est brisée

    Sur le coté verso revêche de la page,

    Dont, sans un pli, je suis devenue la risée!

    N'a-t-on pu m'épargner cet horrible passage?

     

    Qui? quoi? comment? pourquoi? c'est incompréhensible!

    Pour une fois qu'un livre enfin me passionnait,

    Là, la bibliothèque m'est inaccessible,

    Je ne sais que faire afin d'y avoir accès.

     

    Qui œuvre contre nous? Quel est dont cet ouvrage

    Qui s'amuse sciemment dans un but de détruire,

    Te faisant me traiter ainsi avec outrage,

    Volant notre bonheur présent et avenir?

     

    L.


    votre commentaire
  •  

    J'écris

    Ne sachant plus distinguer ce qui était réel,

    L'absurde me gagne et froisse mes ailes

    J'ai cessé d'exister et l'amertume s'amoncelle

    Je suis pris dans l'irréel

    La vérité, je l'ai toujours honorée

    Bien que cette vie, je l'ai toujours détestée

    J'ai enflammé ma chair avec mes amours passés

    Une beauté effacée a cessé d'exister

    Fille du vent, prend l'air du temps

    Suspend le temps... Suicide latent

    Remonte et descend le courant

    Bonsoir, anges insolents

    J'embrasse la folie

     

    Andy


    votre commentaire
  • L'encre du passé par Andy

     

    Une plume dans la main

    Je trace la courbe de mon passé

    Fouillant dans ses moindres recoins

    Mon coeur fatigué et brisé

     

    Souvenirs qui glacent la raison

    Une mélancolie qui s'étend

    Le temps où je n'avais rien fait

    Perdu dans les rêves d'aimer

     

    Toutes mes erreurs, tous mes mauvais choix

    Cette plume est mon diable à moi

    Pour tous les écrits qui forment ma carapace

    Il semblerait que mes démons ont trouvé leurs places

     

    Andy


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique