• N° 177 : Voyager par un baiser

     

    Mona m'avait donné un challenge mais comme ma messagerie a eu un gros problème tout s'est effacé, alors avant qu'elle ne me redonne le sien pour la semaine prochain, je vais vous en pondre un..

     

    J'ai cherché une citation et j'ai trouvé celle là qui peut passer, c'est un peu théâtral mais c'est de l'Alfred de Musset donc c'est normal

     

     « Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu.  »

    de Alfred de Musset

     

    Vous pouvez faire un poème sur partir, sur baiser, sur monde inconnu, cela peut être une éventualité... je mets quand même le challenge en place parce je suis la seule a avoir écrit pour le challenge... même pas Alain, dire que cela va mal...

  •  

    Un amour aveugle m'a chassé du paradis

    Notre passion s'épuise, tu t'enfuis

    Il y a trop de mensonges à s'en défaire

    Mais nous continuons d'avancer sans rien faire

     

    Nous sommes à court d'alibis

    Tu loues ton corps pour du plaisir

    Ça me rappelle qu'il faut en finir

    Quitter cette voie que nous avons choisie

     

    Je sais que je suis égoïste, je suis mauvais

    J'ai toujours trouvé quelqu'un à meurtrir, à blesser

    Aucune circonstance ne pourrait excuser

    Mon corps est brisé, le tien est courbé

    Avant de partir, donne-moi un dernier baiser

     

    andy


    votre commentaire
  •  

    Si je te disais que plus jamais,

    Nos deux êtres se reverraient ?

    M’offrirais-tu un baiser,

    Premier et tristement dernier ?...

     

    Aurais-tu le courage d’affronter,

    Que le monde nous sépare ?

    Qu’on ne peut s’aimer

    Et qu’il est trop tard ?

     

    Oserais-tu me dire,

    Dans le plus long des silences,

    Que tu m’aimes à en mourir,

    Pour maintenir l’espérance ?

     

    Pourrais-tu m’enlever,

    De la cruelle réalité,

    En m’offrant un baiser ?

    Et te laisser transporter..

     

    Dans un monde d’amour,

    De calme et de douceur,

    Où passent nuits et jours,

    Sans tristesse ni peur.

     

    #Lulu


    votre commentaire
  •  

    Un baiser, juste un baiser pour sceller un amour,

    Un baiser, juste un baiser pour nous, sans détour.

    Un baiser, juste un baiser pour que nous avancions,

    Un baiser, juste un baiser pour voir se dessiner l’horizon.

     

    Comme Christophe Colomb, partons à l'inconnu,

    Découvrir la terre de Casanova sur quel continent ?

    Arrimer le voilier aux plages blondes des îles sous le vent,

    Vivre des richesses, fruits de la passion délicieux méconnus.

     

    Pousse-nous au-delà des mers, toi le vent qui gonfle les voiles

    Que nous nous envolions sur les flots à bord de notre nef royale

    Ces baisers qui scellent nos unions par-dessus les chimères

    Nous conduisent sur les océans où nous perdrons nos vers.

     

    Comme j'aimerais être un grand navigateur, pour conquérir,

    Les terres non dessinées sur la mappemonde, sans coup férir.

    Viens accostons sur le rivage de la plage de Robinson,

    Nous nous nourrirons de fruits qui sur nos lèvres, serons "émotion".

     

    Emotion serait le maître mot d’une nouvelle vie naissante

    Juste cette chance d’être aux confins d’une histoire vaillante

    Donnons-nous la force de pouvoir nous élever en ces cieux nouveaux

    Pour pardonner aux fous de nous avoir envoyés par monts et par vaux

     

    Un seul baiser nous a envoyé dans un voyage pour l'éternité,

    Sous les auspices du bonheur, et la découverte de notre intimité.

    Retrouvons les gondoles sous le Rialto à Venise, le chianti nous est offert.

     Voguons sur la lagune, voici l'île de Casanova, super un monde découvert.

     

    4 mains Jean-frédéric et Morganne...


    votre commentaire
  •  

    J’ai grande envie d’étreindre

    Une personne entière

    Qui se soumet à d’autres vers

    Dont je ne suis pas l’auteur

    Et dont je maudis l’origine.

     

    Nous devions partir, toi,

    Comme sainte en mon pouvoir,

    Un baiser comme un nœud

    Sur toi apposé, d’amour bien noué.

     

    Mais de vous servir,

    Je me sentis adonné.

     

    Que dieu me pardonne,

    J’ai conçu ce présent

    Comme un trésor,

    Et comme un abandon

    Sur vos lèvres,

    Vous l’avez conçu.

     

    Alain, 28 avril 2013 _

    Certes, ce voyage n'est pas des plus gais :-/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique