• N° 150 : L'homosexualité

    N° 150 : L'homosexualité

     

    Hello !

     

    Travaillant sur mon roman depuis quelques mois, je fais une pause dans l'écriture de poèmes. Mais comme le petit train me dit que c'est mon tour, alors j'ouvre comme il se doit le challenge de la semaine, qui portera donc sur l'homosexualité.

     

    J'espère que ce thème vous inspirera !

     

    Bonne semaine à tous et à vos plumes !

     

    N° 150 : L'homosexualité

     

    Mimi (Alexia4ever)

  • Fille aquarelle par Jeanmsc

     

    Fille aquarelle

     

    Je suis une fille aquarelle

    Fine, transparente délicate

    Je sais où je vais pas besoin d'une carte.

    Je vis ma vie avec elle.

     

    Elle est ma peinture de lumière

    Avec elle je mets du bleu partout

    Sauf quand je bois une bière

    Et que je ne tiens plus debout.

     

    Quand elle n' est pas là

    Je fais comme si c'était comme ça

    Mes pensées qui virent au mauve

    Je suis en mode love.

     

    Si j'ai un chien c'est une elle

    Tous ces mâles me font mal

    A flatter leur ego pour leur idéal.

     

    Les garçons passez votre chemin

    N'allez pas croire au lendemain matin

    Même saoule, je reste gay

    C'est entre ses seins que je me plais.

     

    Dans ce tableau où j'esquisse ma vie

    C'est dans ses yeux que je m'oublie...

     

    jeanmsc.

    Poème dédié à mon amie Amélie.


    votre commentaire
  •  

    Approches toi de moi, viens plus près mon amour,

    Les étoiles scintillent dans le ciel, quel bel été.

    La nuit est à nous, Adam et Eve auraient été,

    Eve et Vénus, on aurait pu vivre au grand jour.

     

    O morale incandescente qui brûle nos amours

    Issue d’une pensée qui brise à jamais nos idéaux

    Nous te vivons si mal comme un dur fléau

    Les liens si forts qui unissent les êtres, nous sommes pour.

     

    Lorsque l’on s’aime on a le droit d’être heureux,

    Mais faisons fi des  qu'en dira –t'on ? Restons nous.

    Certains prônent tellement la décadence, mais ils réfléchissent eux ?

    Le paradis nous a créé ainsi, unissons nos corps, amour fou..

     

    Personne ne pourra se mettre en travers de nos désirs

    Seules, toi et moi, envers et contre tous les maléfices

    Nous arriverons à traverser les épreuves, tous les édifices

    Un jour, le soleil saura briller pour nous, notre cause, nos amoureux délires.

     

    4 mains moins 1 doigt Jean-frédéric et Morganne


    votre commentaire
  • Challenge Alexia4ever

     

    Tirée par un Cupidon si bien armé,

    En direction de mon cœur, une flèche fuse ;

    Bleus comme l’océan, tes yeux m’ont charmée

    Et par mon cœur, tu as été élue dixième Muse

     

    Dans mon ventre, les papillons frétillent par milliers

    Déjà nombreux, ils n’hésitent pas à se multiplier ;

    Ton cœur est la seconde cible, Cupidon se concentre

    Et pour ne pas la louper,  il vise en plein centre

     

    Différence d’âge,  mais analogie de nos corps,

    Je te prouverais que les romances existent encore ;

    Douce symphonie amoureuse jouée à tue-tête,

    Me ferais-tu l’honneur d’un tête-à-tête ?

     

    Pensées sous l’influence d’intenses sentiments,

    Mes sens réagissent à l’Amour que tu m’inspires ;

    Pour un baiser où nos langues se lovent secrètement,

    Nos lèvres s’entrouvrent dans l’élan de quelques soupirs

     

    J’apprendrais à danser le tango, la salsa ou la rumba

    Sous un ciel constellé où nos deux corps se côtoient ;

    Je m’abandonnerais dans tes bras, puis m’offrirais à toi

    Sous les draps qui profileraient mes premiers ébats

     

    Telles deux fugitives, telles deux vagabondes,

    Main dans la main, nous irions aux quatre coins du monde ;

    Sur ce chemin que nous ne connaissons ni d’Adam ni d’Eve,

    Je ferais tout pour te rendre heureuse et réaliser tes rêves.

     

    (Septembre 2012)


    votre commentaire
  •  

    L'air doux et parfumé, sensibilise nos coeurs,

    Sous le magnolia du parc, nos lèvres sont en émoi.

    A l'ombre d'un grand rêve longtemps inavoué, par pudeur !

    Amour, hier tu m'as dit je t'aime, symbiose douceur entre toi et moi.

     

    Ce film je l'ai fait tourner tant de fois, dans ma tête,

    et ce jour tant attendu est là, étendons nous dans la mousse,

    Que dirons les passants, à notre époque, rien ne choque, du film tu es la vedette.

    Restons discrètes, ensorcellée par l'odeur des roses, adieu baiser volé en douce.

     

    Toi le timide à ta famille tu n'as pas encore osé,

    Avouer notre amour, facile si nous étions de sexe opposé.

    Mais allons y ma présence t'aidera à passer le cap de l'aveu,

    La charge qui pèse sur ton coeur en sera allégée, viens, on y va tous les deux.

     

    Toi et moi nous vivons dans notre nid douillet,

    En trois mois on en a fait des projets.

    Se marier, s'unir à tout jamais, crois tu qu'il soit possible,

    Faire de notre vie de couple un bonheur ensoleillé maintenant accessible.

     

    Morganne


    votre commentaire
  •  

    Au cœur des mystères,

    Telle la louve qui se voit prise,

    Me revient ton visage

    Me revient les murmures

    D’un écho ruisselant.

     

    Au sein de tant de déplaisirs

    Je t’ai figé en moi, belle lame

    Comme on fige au coin de l’œil

    Une larme éternelle.

     

    Amant qui jamais ne fut,

    Caresse qui jamais ne put,

    Tu fus l’objet  de tant de rêves

    Et pourtant, inaccessible conquête,

    Je m’époumone encor’

    Dans un amour sans remord.

     

    Alain, 29 septembre 2012

    s'il fallait choisir, autant que ce soit celui-là :-)

    "ryuhei-matsuda"

    Me revient ton visage et le filet de ta voix par Spock27


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique