• N° 112 : Et après ?

    Bonjour !

     

    Voilà le thème d'écriture pour la semaine à venir :

     

    Et Après ?

     

     

    N° 112 : Et après ?

     

    "Après quoi ?" Me direz-vous...

    Eh bien après ce que vous vous voudrez.

     Après la pluie. Après demain. Après la vie. Après la mort. Après l'amour. Après tout.

    Vaste sujet, n'est-il pas ?  

    A vous de voir ce que ça vous inspire.

    A vous de voir où vous souhaitez nous emmener.

     

    Bonne semaine à tous et, par avance, je vous souhaite de passer de bonnes fêtes

    (Kelkune)

     

    N° 112 : Et après ?

  • Innocence en berne par Spock27

     

    Je me permets dans la soyeuse insouciance

    De me plonger soupirs aux lèvres dans les rébus dorés

    De mes dernières nuits, innocence en berne

    Et l’indifférence assouvie et assumée.

     

    Je m’y enterre dans les enfances qui me restent,

    Miettes de souvenirs, visage de mère attendrie

    Et pourtant si peu honorée, et je me dis et je me dis.

     

    Qu’arrivera-t-il après, quand dans quelques pas hésitants

    Je quitterai l’âtre et le foyer et je m’engouffrerai

    Dans la lueur d’une vie dont j’ai si peu connaissance.

     

    Alain, 24 décembre 2011


    votre commentaire
  • l'avant et l'après par Mamin

     

    Il est venu le temps du gaspillage annuel

    Celui de l’énergie pour illuminer nos folies

    La chasse à l’inutile a commencé pour Noël

    Nous sommes crédules dans l’avent.

    La fièvre acheteuse a contaminé les habitants

    Le temps joyeux entre tous qui célèbre l’avènement

    Du christ et élève l’homme au rang de dieu et pourtant…

    Éblouissantes lumières pour mieux nous aveugler

    Toutes ces tentations pour nous illusionner

    Masquer pour un temps la vérité

    Celle des disparités, des inégalités,

    Des injustices que l’homme s’évertue à perpétuer,

    Paillettes et dorures  pour  anesthésier

    Notre cerveau  de la dure réalité.

    Mais, vaille que vaille, nous ferons ripailles.

    Ces milliers d’étoiles scintillantes dans les yeux de nos chérubins

    Nous feront oublier  l’après, en occultant demain

    Alors allons de l’avant et après nous verrons !

     

    Malgré cette tendance pessimiste, je vous souhaite, amis poètes,

    De bonnes fêtes de fin d’année!

     

    Mamin

     

    je veux bien prendre le challenge de la semaine à venir mais....je ne sais pas le mettre, alors éclairer moi , j'attends , mais si quelqu'un d'autre voulait le prendre  à votre guise!!


    votre commentaire
  • Qu'en sera-t-il après ? par Andy et Kelkune

     

    Se sentir un peu anxieux, un peu nerveux

    Ces moments que nous avions tous traversés

    Contemplant le soleil s'élever en ces lieux

    Temps est le voleur que j'aimerais dérober

     

    Capturer ces instants qui déjà ne sont plus,

    Désirer leur retour en les sachant mortels,

    Les vivres intensément sans pudeur malvenue,

    Sans regrets imbéciles rendant la vie cruelle

     

    S'imprégnant du présent, des sons et couleurs

    Les minutes passantes deviennent des heures

    Ainsi le moment présent est devenu le passé

    Souvenirs des paysages que nous avions contemplés

     

    Me voici dans ces rues qu'autrefois j'arpentais,

    Mes pas suivaient les tiens, c'était bien ça l'idée,

    A présent loin de toi je n'ai plus de moteur,

    Et le temps n'avance plus, il n'a plus de saveur

     

    Telles des ailes de papillon de nuit qui se froissent

    Ces pas me mèneront au bout de ces impasses

    Essayant de rester moi-même, je me dois de faire face

    Mais ma peur me cloue sur place et ton silence me glace

     

    Qu'en sera-t-il demain quand je me réveillerai,

    Qui pourra bien nous dire ce que sera l'après,

    Je n'aurais pas parié, quand nous nous sommes liés,

    Que nos chemins pourraient un jour se séparer.

     

    Rhoads & Kelkune


    votre commentaire
  • tristesse de l'après par Morganne

     

    Vacances de rêves sur Les côtes de ce pays,

    Immensités de larges plages sauvages,

    Bougainvilliers en cascades retombaient sur les puits,

    Hibiscus et figuiers de barbarie, s'entrecroisaient avec rage.

     

    Le paradis,

    et après.

     

    Les villas ont poussés de bric et de broc mais belles au fini,

    Le fil à plomb à cette époque n'était pas encore trouvé

    Les étendues d'oliviers millénaires enlevés, du gachis,

    Français et gens de tout pays voulaient tous acheter ?

     

    La richesse,

    et après

     

    Les hôtels pleins résonnaient de musique,

    Le vin coulait à flot, l'anisette aussi,

    Grandioses buffets pour touristes hystériques,

    On aurait dit qu'ils n'avaient pas mangés depuis des décennies.

     

    L'opulence

    et après.

     

    L'an passé en janvier tout s'est écroulé,

    La belle histoire finie,

    Le peuple a voulu virer le président qui les avait opprimés,

    Avec leur nouveau gouvernement, sont-il plus heureux ainsi ?

     

    La famine,

    Et après.

     

    Touristes, propriétaires de villas,

    Même les vendeurs des souks ou magasin,

    Tout est détruit, j'ai mal pour eux, mes amis de là bas,

    Je vous aime toujours, mais que vous réservera demain ?

     

    Tout ne finit  pas bien et empire

    Et après ?

     

    J'aimerais vous revoir et ce poème est un hommage

    A mes amis, Mourad, Moktar, Slah, Nizard, Moïse, Saïma et tous les autres.

     Pensée tendre à  Denis et Lucile propriétaire d'une splendide  villa, que deviendra votre paradis ?

     

    Morganne très triste.

     

    Et après que restera-t-il de Nos vacances ? des photos et souvenirs difficilement enfouis.

    Elle était belle la vie,

    Et maintenant.


    votre commentaire
  • Challenge de jugband-blues (et après)

     

    Je t'aime, et après... ?

    Je sais que toi non

    Une bonne raison

    Ne me cours pas après...

     

    Je m'enfuis, m'échappe

    Genoux tremblants, sous mes pieds

    Je sens le sol se dérober

    Je t'entends, tu me rattrapes...

     

    À force de trop chercher ma voie

    J'ai fini par perdre mon chemin

    Tu cries mon nom de ta si belle voix

    Et tu me touches avec tes douces mains...

     

    Par dessus mes épaules

    Lueur d'espoir, tu m'épaules

    Ton beau visage pâle

    Ton sourire m'est vital...

     

    Notre amitié me suffisait

    C'était faux, je m'étais trompé...

    Je savais que tu ne m'aimais pas

    Pourtant, j'ai été surpris de tomber si bas...

     

    Ne t'en fais pas, ça ira

    Même si ça ne me convient pas

    Même si j'aurais préféré que tu m'aimes

    Je ne peux pas t'abandonner, ici même...

     

    J'ai besoin de toi, de ta présence...

    Je n'aurais du rien te dire

    Maintenant, c'est pire

    Les dés, je relance...

     

    Et après... ? Qu'est-ce qu'il adviendra... ?

    Tu deviendras écrivain

    Moi, psychologue...

    À notre histoire, un bel épilogue...

     

    Nous perdrons contact

    Ce sera un lourd impact

    Nous ne pourrons rien y faire

    De quoi se mettre en colère...

     

    Mais c'est la vie...

    Peu importe notre avis

    C'est notre destin

    Un jour, nous aurons notre fin

    En attendant

    Profitons-en !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique