• N° 103 : Amitié soumise au vent

     

    Nouvelle semaine, nouveau sujet. Je vous laisse avec une citation d'Eugène Cloutier. Que l'inspiration soit avec vous ! (Kelkune)

    Oh et sinon... qui veut le relai pour la semaine prochaine ?   Je n'sais pas... alexia peut-être ?

     

    ___________________________

     

    "L'amitié est lente à mûrir, et la vie si rapide. L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine. "

     

    N° 103 : Amitié soumise au vent

  •  

    Une marguerite est aussi vite effeuillée,

    Qu’une amitié d’un souffle peut s’envoler.

    Sentiment pour une personne de confiance,

    La fleur s’est ouverte lentement sans méfiance.

     

    Au premier rayon du soleil elle a éclos par la prose,

    Fleur gracile, qu’un rien peut flétrir à petite dose.

    Les cancans, les mots distants, la jalousie est frivole,

    Par un beau jour elle vient elle part et s’envole.

     

    Faisant fi de tout, le roseau plie mais ne se rompt,

    Solide aux pieds d’argile, fragile comme dans l’eau, les ronds.

    Si tu étais bleuet, je serais coquelicot, dans un champ de blé,

    Les gens mauvais, on les repousse par une rafale de vent secoué.

     

    Virtuellement tout a commencé, trois petits tours et puis s’en vont,

    Verbalement en ligne on a scellé avec solidité par vaux et par monts.

    Vitesse des grands trains a consolidé notre amitié,

    Quelques jours de vacances, le soleil, la campagne le pacte est scellé.

     

    Morganne


    1 commentaire
  • Fragilité amicale par Mamin

     

    C’est la symbiose entre les êtres qui osent,

    La joie de se rencontrer pour  marquer une pause.

    L’embelli au centre des ennuis,

    Donner,  recevoir,  ne pas décevoir.

    Un sourire chaleureux qui nous rend heureux,

    L’échange des  connaissances,

    Une  présence pour briser le silence,

    Apprécier  générosité  et conformité

    Le soutien des jours sans lendemain

    Partage et écoute sont de mise,

    Une  Compréhension mutuelle acquise,

    La Joie  autour d’une table surprise!.

    La bonne humeur dominatrice et bienfaitrice,

    L’extériorisation de la personnalité,

    L’acquisition d’une complicité,

    C’est une main tendue, quand l’espoir est perdu. 

    L’amitié, c’est comme la croissance d’une fleur

    Elle frémit d’espoir, elle nous effleure

    Mais elle reste très fragile,

    Comme un souffle, se défile

    Se ternit au fil du temps

    À la moindre lueur d’indifférence

    Se meurt dans l’ombre de l’ignorance

    En s’enfonçant dans le silence

    D’une amitié qui parfois déçoit

     

    mamin


    votre commentaire
  • Friendship (par Alexia4ever)

     

    Premier regard, premier sourire

    Avant que la conversation ne s’engage ;

    Faire connaissance même si rien ne sert de courir

    Puisque le temps l’intégrera à notre entourage

     

    La confiance ne s’accorde pas

    D’un seul claquement de doigt ;

    Prendre garde à ne pas faire de faux-pas

    Pour qu’au fil du temps, elle se déploie

     

    Que tu marches ou que tu coures,

    Les liens ne se tissent pas en un jour ;

    Délectable lorsque goûtée conjointement,

    L’amitié est un fruit qui mûrit lentement

     

    Mais une fois qu’elle se résout à éclore,

    La porte qui s’ouvre pourra difficilement se clore

    Car une amitié sincère est une amitié solide

    Où la fidélité se trouve au sommet de la pyramide

     

    Pyramide qui parfois s’affaisse,

    Elle est telle une feuille que le vent balaie

    Pour cause de faits qui blessent

    Qui engendreront d’ineffaçables plaies.


    votre commentaire
  • Jalousie par Andy

     

    Ne laissant aucun mot, tu as quitté la scène

    A travers les larmes j'admire ce bouquet de roses

    Cette vie d'un aveugle fou que je mène

    Tu en es la principale cause

     

    Maintenant que j'ai perdu ton amour

    Flottant dans un mer des images fantômes

    J'oscille au rythme d'un métronome

    Et la jalousie me pèse chaque jour

     

    L'ange tâché de sang a surgi

    Lorsqu'en moi grandit la folie

    Je retourne dans cette solitude répétitive

    Figé sur cette conjonction dubitative

     

    Je ne sais quoi faire

    Tombant dans la tristesse

    Un plongeon dans l'Enfer

    Des souvenirs qui blessent

     

    Avec la vue fixée sur un exaspérant amour

    Je ne peux rien voir, ni avoir un espoir

    Même aujourd'hui je ne peux cesser de t'aimer

    Tout avait été lavé par les flots du temps, même toi

    Mais les cicatrices du passé ne s'estompent jamais

     

    Une jalousie silencieuse, je m'estompe dans la douleur

    Coeur teinté de mélancolie, je ne peux atteindre le bonheur

     

     

    PS : je voulais écrire sur le thème de la jalousie et de l'amitié. L'idée était de décrire l'amitié (l'amour) qui se transforme en jalousie à l'égard de ceux qui approchent la personne aimée (ami ou amour). Mais je crois que je suis à côté de la plaque : \

    Je verrai si j'aurai des autres idées (et le temps) parce que je suis en ce moment en Chine et pas trop le temps d'écrire à cause du travail.

     

    Bonne lecture en espérant que ce poème vous plaît.

     

    Andy


    votre commentaire
  •  

    Petites pierres qu’on sème à tout vent,

    Au creux de terres que l’on foulerait,

    Nonchalants, du bord d'un vieux gréement.

    Ainsi vont les gens, ainsi nous aimons.

    Le temps d’une brise, nous écoutons fort aise.

    Les liens se forment, l’étonnement se marie de surprises,

    Quelques frémissements des âmes

    Dans les forces vives d'un cours d’eau,

    Quelques frémissements des âmes

    Dans les sinuosités du temps.

     

    Nous avons à laisser à l’espace

    une cours d’honneur,

    Où l’amour serait autre,

    où les sentiments ne seront pas

    Moins vrais.

     

    L’amitié découle de l’amour, comme le ru de la rivière;

    C’est à la même source que nous nous abreuvons.

    Le silence se conjugue à la foule, il faut être en retrait

    Pour apprécier les siens et les proches de l’autre.

    Il faut sourire aux humains comme aux astres,

    Ainsi appréhender la vie, immense et si vide.

    Peut-être, est-ce d’humanité que nous la remplirons...

     

    Alain, 11 octobre 2011

     

    Illustration : obsédé par les pierres, pour le moment :)

     

    Petites pierres par Spock27


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique