• challenge de mon ami André Page

    L’ÉNIGME DE LA VIE

    Élément terre, mon cher Watson !
    Fit Sherlock Holmes en reposant sa pipe.
    Indispensable à la vie de nos légumes,
    De nos mille et un mille-pattes va-nu-pieds
    Car il n’y a plus de chaussures en stock,
    Et à la vie de nos taupes, car n’oublions pas
    Que le plancher des vaches
    Est aussi le plafond des taupes !

    Élément eau ! ajouta-t-il survolté
    En renversant sa tasse de thé
    Sur le tapis qui la but d’un trait,
    Pour abreuver les morts de soif
    Les boit-sans-soif
    Et les tapis du pays de la soif,
    Dit-il en fixant le sol d’un air concentré,
    Et aussi, sourit-il en levant l’index,
    Pour déposer quelques gouttes de rosée
    Sur les herbes penchées
    Par les matins trop lourds !

    Holmes s’arrêta un instant de respirer,
    Son stratagème ultime pour trouver l’inspiration.
    Il continua, me fixant sans me voir
    De ses yeux de détective détecteur se délectant
    À l’avance de sa victoire proche,
    Je lui avais promis une brioche à la broche.
    Élément feu ! nécessaire pour brûler la politesse
    Et faire bouillir l’impatience,
    Éclairer les mille et une nuits plus que mille lucioles
    Et chauffer les foules et les plats !

    Il faisait les cent pas
    Dans la pièce de dix-huit pieds,
    De long en large,
    De large en long.
    Il saisit soudain son parapluie, 
    L’ouvrit et le ferma plusieurs fois,
    Et son cri perçant sur le tapis persan
    Fit sursauter mon vieux chapeau percé
    Posé sur le bras du fauteuil 
    Comme un crapaud crevé.
    Élément air, mon cher Watson !
    Indispensable à la vie
    De ceux qui mentent comme ils respirent,
    De ceux qui respirent en buvant de la menthe
    Et qui donne la vie dans le grand ciel de Londres
    À tous ces bébés fogs qui font notre fierté ! 
    Voilà les quatre éléments de ma plus grande énigme,
    L’énigme de la vie a été résolue,
    J’avais bien forte résolution 
    D’enfin trouver la solution !

    Il était si agité que l’air du parapluie 
    Fit tomber sa pipe et mit le feu au tapis.
    Je jetai vite le reste de l’eau du thé dessus
    Et mon soulier verni fit ensuite le reste,
    Car moi au moins, j’avais les pieds sur terre…
    Sherlock Holmes lui avait gardé tout son flegme, 
    Britannique il l’était jusqu’au bout des sourcils,
    Il sourcilla à peine d'ailleurs en voyant devant lui
    Les quatre éléments coupables maintenant enchaînés,
    Qui avaient vainement essayé devant nous
    D’arriver à se déchaîner.

     

    André Page


  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Février à 12:32

    Une bien belle originalité...

    J'aime...

    Bravo et... au plaisir de vous relire.

    L.

     

    2
    Vendredi 2 Février à 18:05

    oh oui que d'imagination et moi qui faisait des contes revisités, je ne peux nier que j'aime ces poèmes un peu déjantés déjantés celui ci, c'est un plaisir de te lire..

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :