•  

    Vérité n'est jamais bonne à dire,

    Ironie du sort, avoir du coeur, sans médire.

    Vivre à l'infini, la main tendue, non survivre

    Réalité d'une liberté de penser c'est un désir.

    Ecrire des vers, les pervers les annihiler, les proscrire.

     

    Dubitative devant la crise, la menace de pandémie.

    Attentive aux malheurs voir ainsi plus loin sans ennui.

    Nul besoin de croire à l'irréel, il en sera ainsi.

    Sentinelle du bonheur, je demande de l'être à l'infini.

     

    Lumière du ciel, dans l'ombre, perce des rayons.

     

    Irréel peut être, je veux y croire sans façon.

    Naturellement savoir qu'il existe un ailleurs derrière l'horizon.

    Trouver mon bonheur dans l'après vie, rien n'est fiction.

    Etoiler mon être comme scintille le ciel la nuit, émotion.

    Mirage de l'au-delà, volète l'ange de la déraison.

    Présage d'un paradis, avenir tracé, croire à tort ou a raison.

    O racle dis moi ! je serai ange ou démon ?

    Ritournelle des chérubins, aide ton prochain, c'est ta mission.

    Eternelle ne sera la vie, "douceur" se nommera notre maison.

    Lueur du crépuscule, demain nous chanterons tous à l'unisson.

     

    Acrostiche de Morganne

    18/07/2011

    (sous copyright france)


    votre commentaire
  •  

    Mon essentiel par Morganne

     

     

    Ecrit d'une plume solitaire,

    Carrefour de la vie et du mystère.

    Rayez doucement le parchemin de ma plume,

    Imagination tu viens à mon esprit de brume.

    Rédiger en laissant mon esprit vagabonder,

    Envol de mon âme damnée vers la liberté de penser.

     

    Lestement je trace, je m'envole dans le monde des lettres.

    '

    Ecoutant une musique douce pour décoller vers le céleste,

    Savoir calligraphier sur un papier, des lettres rondes.

    Pouvoir des mots envahissants ma tête à chaque seconde,

    Retour sur le clavier, mes doigts sont très déliés.

    Incompréhension, ne pas aimer mon écriture avec facilité,

    Troubles de ma vue, dans ce décor de lettres entrelacées.

     

    Envie de libérer mon cerveau de la multitude des choses,

    N'entendre que le cliquetis, la douceur du silence de la prose.

     

    Laissez vagabonder mon esprit vers les contrées de plumes,

    Idéaliser mes mots, ne ressentir mes maux qui font enclume.

    Bruissement discret à mon oreille, poète parle plus fort,

    Enlaces moi pour me donner l'espoir et connaître mon sort.

    Racontes moi tous bas, "le cercle des poètes disparus" au ciel,

    Terrasses moi pour m'énoncer clairement ce don au goût de  miel.

    Enivres moi doucement, des bienfaits de l'écriture mon essentiel.

     

    Morganne

    13/05/2011

    (acrostiche sous copyright)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique